“ Une bibliothèque est une chambre d’amis ”

Tahar Ben Jelloun

Comment vous parler de ce métier que l’on dit « manuel » mais qui demande également une connaissance des techniques de construction des livres ainsi que de bonnes connaissances de l’Histoire du Livre en général afin de l’aborder dans de bonnes conditions ?

Je vous dirai tout d’abord qu’il demande de la patience. Ensuite je mettrai en avant « la conversation entre le possesseur de l’ouvrage et le restaurateur ». Que veut-il ? Que fera-t-il de son ouvrage ensuite ? Ensuite je vous expliquerai les matériaux qui constituent le livre et donc sur lesquels porte le travail du restaurateur : le cuir (veau), la percaline, le parchemin, le papier, le carton… J’aborderai alors ce qui est le cœur du métier du restaurateur : trouver le chemin de restauration adapté pour le livre qui est devant lui : comment conserver, restaurer, protéger, simplement consolider, refaire à l’identique…

Plusieurs possibilités de restauration sont alors à étudier pour un même livre. A moi de trouver la plus adaptée : soit par l’utilisation de cuir (veau) plus ou moins fin et mis au ton, soit par l’utilisation à bon escient de papier japonais neutre, soit enfin par la complémentarité de ces 2 techniques de base.

La finalité du travail du restaurateur est la réversibilité, la conservation au maximum des matériaux d’origine et l’esthétique du livre.

Le cahier des charges de la BNF et des Archives nationales sont des guides indispensables.

Je terminerai par la transmission du savoir qui est très importante pour moi : tout métier manuel nécessite une part de réflexion et demande un apprentissage. J’aime sortir de mon atelier pour transmettre les bases de ce métier passionnant qui demande beaucoup d’humilité et de persévérance. C’est aux Ateliers d’Arts Appliqués du Vesinet que j’enseigne et vous trouverez tous les renseignements sur ce site, si cela vous intéresse. N’hésitez pas ! 

Vous avez un projet, des questions ?
Fermer le menu